Projets

LOGEMENTS SOCIAUX + SOHO
Paris 18

  • moussafir-architectes-soho-chapelle-1
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-2
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-3
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-4
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-5
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-6
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-7
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-8
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-9
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-10
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-11
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-12
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-13
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-14
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-15
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-16
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-17
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-18
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-19
  • moussafir-architectes-soho-chapelle-20
  • LOGEMENTS SOCIAUX + SOHO
    Paris 18

    Le cahier des prescriptions urbaines de l’AUC définissait de façon assez précise les gabarits enveloppe des trois entités de l’îlot G en insistant sur la différenciation urbaine et architecturale entre « un monde bas unitaire » et « un monde haut diversifié ». Notre projet s’inscrit dans cette dialectique en ajoutant à l’opposition du socle et des tours celle de deux plots différenciés du point de vue de leur expression tout en partageant des principes architecturaux et constructifs communs, comme la compacité et la rigueur géométrique, le principe de réversibilité et celui de différentiation et d’identification des logements.
     
     
    LE SOCLE
    Abritant les parties communes des deux plots ainsi que 18 SOHO et 2 commerces aux angles sud-est et sud-ouest, le sous-bassement intègre l’îlot à son contexte tout en ménageant des transparences, laissant entrevoir les patios en cœur d’îlot depuis les venelles nord et sud. Une façade périptère et régulière ceinturant l’îlot sur ses quatre côtés contient et unifie des programmes et des typologies différentiés à l’intérieur de son périmètre. Faisant écho à l’opposition entre le monde bas et le monde haut, le socle s’organise autour d’une opposition entre la grille tramée continue et orthogonale en béton architectonique de la façade et un intérieur d’îlot fragmenté composé de volumes trapézoïdaux en quinconce revêtus de bardages en aluminium sur une ossature mixte bois/béton. Cette opposition de géométrie et de matière entre la sphère publique et la sphère privée est à la fois traditionnelle et parisienne en cela qu’elle rappelle le mode de constitution des places royales parisiennes. La forme architecturale de cet intérieur d’îlot résulte des objectifs suivants :
    ·      proposer une typologie spécifique au programme innovant des SOHO,
    ·      faire pénétrer un maximum de lumière naturelle pour compenser les effets de masque des immeubles voisins,
    .      susciter une forme de sociabilité en coeur d'îlot,
    ·      proposer une cinquième façade en rapport avec l’esprit du lieu.
      
     
    UNE TYPOLOGIE SPECIFIQUE
    Le principe des SOHO consiste à associer, dans un volume en double hauteur attribué à un même preneur, des locaux destinés à des professions indépendantes et des logements attenants. Plutôt que de séparer la zone professionnelle de la zone d’habitation comme c’est généralement le cas dans les autres SOHO, nous avons proposé une typologie spécifique basée sur la continuité bureau/logement matérialisée par une liaison physique et un traitement indifférencié des espaces et sur la différenciation des accès pour chaque unité de plus de 2 pièces, avec un accès professionnel sur la rue et un accès privatif en intérieur d’îlot. Les espaces dédiés à l’habitation occupent tous le centre de l’îlot, à l’étage pour les grands SOHO et au rez-de-patio pour les petites unités. Ils sont reliés aux espaces de travail situés au rez-de-chaussée sur rue par des escaliers intérieurs et bénéficient d’un accès indépendant par une coursive située en coeur d'îlot, accessible depuis un hall dédié débouchant sur la venelle sud. En permettant une certaine porosité entre des espaces relativement fragmentés, ce dispositif typologique induit un degré d’indétermination entre lieux de travail et d’habitation tout en garantissant un minimum d’intimité.  
     

    LUMIERE ET SOCIABILITE EN CŒUR D’ILOT
    Les typologies proposées pour les SOHO se référent davantage à la maison de ville qu’à l’appartement de plein pied, avec des prolongement extérieurs privatifs autour de 6 terrasses et 6 micro patios disposés en quinconce de façon à faire pénétrer à travers de grandes baies vitrées un maximum de lumière naturelle dans un cœur d’ilot subissant les ombres portées des tours environnantes. En s’élargissant pour former des terrasses semi-privatives, la coursive génère un espace semi-public favorisant une forme d’urbanité à l’échelle de l’îlot en même temps qu’elle favorise la respiration du cœur d’îlot. 
     

    DENSITE VERTUEUSE
    Partant du principe que la densité est une qualité du tissu urbain parisien, nous avons travaillé l’épannelage de ce volume construit dans le but d’exprimer, à une micro-échelle, une densité aimable à l’image du Paris traditionnel, en proposant aux usagers des SOHO des prolongement extérieurs privatifs sur les terrasses et dans les micro patios dont les dimensions (6mx4m) résultent de l’application stricte des règles du PLU. Nous avons conçu la cinquième façade comme une « nappe métallique » en aluminium nervuré perforé qui semble tour à tour extrudée pour former des toitures à pans coupés, ou emboutie pour générer des patios et des terrasses revêtues de caillebotis en acier galvanisé. Ce jeu de toitures à pans inclinés emprunte aux anciens sheds ferroviaires leur volumétrie, à l’image de la plateforme logistique toute proche.
  • LOGEMENTS SOCIAUX + SOHO
    Paris 18

    Programme : 105 logements dont 40 sociaux (G1) et 65 intermédiaires (G2), 18 SOHO (Small Office — Home Office), 2 commerces et 83 places de parking

    Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes (architecte mandataire) + Nicolas Hugoo Architectures (architecte associé)

    Maîtrise d’ouvrage : RIVP

    Localisation : Secteur d’aménagement Chapelle International, 75018 Paris

    Année : 2014-2022

    Surface : 8 947 m² SDP (G1 2 839 m² + G2 4 815 m² + commerces et SOHO 1 293 m²)

    Budget : 19,5 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie + Luc Boegly

LOGEMENTS SOCIAUX + SOHO
Paris 18

Programme : 105 logements dont 40 sociaux (G1) et 65 intermédiaires (G2), 18 SOHO (Small Office — Home Office), 2 commerces et 83 places de parking

Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes (architecte mandataire) + Nicolas Hugoo Architectures (architecte associé)

Maîtrise d’ouvrage : RIVP

Localisation : Secteur d’aménagement Chapelle International, 75018 Paris

Année : 2014-2022

Surface : 8 947 m² SDP (G1 2 839 m² + G2 4 815 m² + commerces et SOHO 1 293 m²)

Budget : 19,5 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie + Luc Boegly

COLLEGE 500 + GYMNASE
Colombes

  • ma-colombes-2
  • ma-colombes-3
  • ma-colombes-4
  • ma-colombes-5
  • ma-colombes-6
  • ma-colombes-7
  • ma-colombes-8
  • COLLEGE 500 + GYMNASE
    Colombes

    Programme : Collège 500 et gymnase

    Maîtrise d’ouvrage : Département des Hauts de Seine

    Localisation : Rue des gros grès, 92270 COLOMBES

    Année : 2005

    Surface : 6.500 m² SHON

    Budget : 12.000.000 € H.T.

COLLEGE 500 + GYMNASE
Colombes

Programme : Collège 500 et gymnase

Maîtrise d’ouvrage : Département des Hauts de Seine

Localisation : Rue des gros grès, 92270 COLOMBES

Année : 2005

Surface : 6.500 m² SHON

Budget : 12.000.000 € H.T.

Frame n°22

  • frame-22-page-1
  • frame-22-page-2
  • frame-22-page-3
  • frame-22-page-4
  • frame-22-page-5
  • frame-22-page-6
  • frame-22-page-7
  • frame-22-page-8
  • frame-22-page-9
  • frame-22-page-10
  • frame-22-page-11

Frame n°22

A+T n°17

  • 06-a-t-n-17-page-1
  • 06-a-t-n-17-page-2
  • 06-a-t-n-17-page-3
  • 06-a-t-n-17-page-4
  • 06-a-t-n-17-page-5
  • 06-a-t-n-17-page-6
  • 06-a-t-n-17-page-7
  • 06-a-t-n-17-page-8
  • 06-a-t-n-17-page-9
  • 06-a-t-n-17-page-10
  • 06-a-t-n-17-page-11

A+T n°17

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

  • moussafir-architectes-institut-civ-1
  • moussafir-architectes-institut-civ-2
  • moussafir-architectes-institut-civ-4
  • moussafir-architectes-institut-civ-5
  • moussafir-architectes-institut-civ-6
  • moussafir-architectes-institut-civ-7
  • moussafir-architectes-institut-civ-8
  • moussafir-architectes-institut-civ-9
  • moussafir-architectes-institut-civ-10
  • moussafir-architectes-institut-civ-11
  • moussafir-architectes-institut-civ-12
  • moussafir-architectes-institut-civ-21
  • moussafir-architectes-institut-civ-14
  • moussafir-architectes-institut-civ-15
  • moussafir-architectes-institut-civ-16
  • moussafir-architectes-institut-civ-17
  • moussafir-architectes-institut-civ-18
  • moussafir-architectes-institut-civ-19
  • moussafir-architectes-institut-civ-24
  • moussafir-architectes-institut-civ-25
  • moussafir-architectes-institut-civ-23
  • moussafir-architectes-institut-civ-20
  • Paris 5

    LE JARDIN DES CIVILISATIONS

    Cette restructuration répond à la volonté du Collège de France de fédérer les anciennes unités disparates et hétérogènes présentes sur le site « Cardinal Lemoine » en un ensemble cohérent et identifiable formant le nouvel « Institut des Civilisations » tout en préservant leurs spécificités. Composé de 5 salles de lecture, de 19km de rayonnages et de 120 bureaux de chercheurs et bibliothécaires, le programme s’organise autour de 5 pôles de recherche allant de l’Anthropologie Sociale à l’Egyptologie en passant par l’étude du Monde méditerranéen ancien, du Proche Orient ancien et de l’Extrême Orient implantés dans 3 corps de bâtiment implantés sur l’ancien site de l’Ecole Polytechnique. 

    Notre proposition vise à optimiser le volume bâti existant, à renforcer la lisibilité de l’institution depuis l’espace public, à rendre plus fluides les relations entre les pôles, et à concevoir un système de distribution lisible, efficace et conforme aux règlementations en vigueur. Serti dans l’écrin de pierre des bâtiments existants, le jardin constitue l’élément fédérateur de la nouvelle institution et le vecteur de sa nouvelle identité. Composé de bosquets aux essences exotiques délimités par des motifs d’arabesque, ce jardin devient le cœur d’un univers concentrique dont les satellites sont les cinq pôles structurés du dedans vers le dehors, avec les salles de lecture orientées vers le jardin et les réserves sur la rue. Le motif de l’arabesque inspiré des civilisations orientales nous est apparu particulièrement adapté pour illustrer le dialogue des civilisations anciennes et modernes du bassin méditerranéen jusqu’à l’extrême orient. Décliné dans les 5 bibliothèques, il forme un lien symbolique entre les pôles en même temps qu’il relie l’extérieur à l’intérieur, le jardin aux salles de lecture.
  • INSTITUT DES CIVILISATIONS
    Paris 5

    Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

    Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

    Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

    Année : 2015-2022

    Surface : 7200 m²

    Budget : 19,5 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

Année : 2015-2022

Surface : 7200 m²

Budget : 19,5 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

C.E.M.C.
Fontainebleau

  • ma-cemc-2
  • ma-cemc-1b
  • ma-cemc-4
  • ma-cemc-5
  • ma-cemc-6
  • ma-cemc-7
  • C.E.M.C.
    Fontainebleau

    UNE SYMPHONIE DE TOITURES

    L’enjeu de ce projet réside dans l’adaptation d’une architecture patrimoniale exceptionnelle aux besoins et à l’esprit d’une institution musicale de haut niveau. Intégrer le contenant et le contenu ne signifie pas seulement transformer l’existant pour y insérer les nouvelles fonctions, cela consiste surtout à révéler le sens du bâti existant à travers de nouveaux usages, à résoudre l’adéquation entre l’identité de l’institution et la forme symbolique du bâtiment. Le quartier Henri IV est remarquable par les scansions de ses lignes de faîtage et le jeu de ses toitures qui introduisent symétrie, rythme et variations à la façon d’une portée musicale à l’échelle du paysage. La géométrie rectangulaire et rationnelle des murs des pavillons se transforme au niveau du toit en une symphonie prismatique de pans obliques intersectés selon des épures qui résultent davantage de préoccupations culturelles que d’une quelconque rationalité constructive. Le registre terrestre du rez-de-chaussée sert de fondement à la poésie céleste des toitures, conférant à l’ensemble une symbolique si forte que nous avons choisi de la souligner en disposant les supports d’activité exclusivement au rez-de-chaussée et les lieux de pratique musicale dans les combles. La recommandation du programme de juxtaposer des pôles fonctionnels ne nous paraissant pas compatible avec une pratique conviviale du site, nous avons privilégié la mixité programmatique, allant jusqu’à disséminer les salles de musique et les logements sur l’ensemble du site afin de susciter une forme d’urbanité à l’échelle du Centre. La division du bâtiment en trois ailes orientées sur la ville, le jardin et le parc correspond à la distribution tripartite du rez-de-chaussée abritant respectivement l’accueil du public au nord, les services administratifs à l’est et les lieux de sociabilité des musiciens au sud, les logements répartis à l’étage des pavillons bas des trois ailes servant de liaison interne entre les salles de musique.
  • C.E.M.C.
    Fontainebleau

    Programme : Auditorium, cafétéria, librairie, administration, médiathèque, restaurant, 16 salles de musique et de séminaire, 24 chambres

    Maîtrise d’ouvrage : Ministère de la culture et conseil général de Seine et Marne

    Localisation : Château de Fontainebleau, quartier Henri IV, Place Charles de Gaulle, 77 300 FONTAINEBLEAU

    Année : 2001

    Surface : 4 680m² SHON

    Budget : 5.500.000 € HT

C.E.M.C.
Fontainebleau

Programme : Auditorium, cafétéria, librairie, administration, médiathèque, restaurant, 16 salles de musique et de séminaire, 24 chambres

Maîtrise d’ouvrage : Ministère de la culture et conseil général de Seine et Marne

Localisation : Château de Fontainebleau, quartier Henri IV, Place Charles de Gaulle, 77 300 FONTAINEBLEAU

Année : 2001

Surface : 4 680m² SHON

Budget : 5.500.000 € HT

F.R.A.C. CENTRE
Orléans

  • moussafir-architectes-frac-orlean-01
  • moussafir-architectes-frac-orlean-02
  • moussafir-architectes-frac-orlean-03
  • moussafir-architectes-frac-orlean-04
  • moussafir-architectes-frac-orlean-05
  • moussafir-architectes-frac-orlean-06
  • moussafir-architectes-frac-orlean-07
  • moussafir-architectes-frac-orlean-08
  • moussafir-architectes-frac-orlean-09
  • moussafir-architectes-frac-orlean-10
  • moussafir-architectes-frac-orlean-11
  • moussafir-architectes-frac-orlean-12
  • F.R.A.C. CENTRE
    Orléans

    “NO STOP ARCHITECTURE” 
     
    Le projet consiste à restructurer les anciennes Subsistances Militaires pour y aménager un lieu d’exposition dédié à l’architecture expérimentale, spécificité du FRAC Centre. L’exiguïté des existants et les contraintes budgétaires ont conduit à concentrer nos efforts sur l’extension et à réduire les travaux de restructuration au strict minimum afin de se libérer des contraintes des bâtiments anciens tout en préservant leurs potentialités futures. Les espaces d’exposition occupent l’intégralité de la cour tandis que les bureaux, ateliers et réserves prennent place dans les trois ailes périphériques. A l’image des visions utopiques d’Archizoom, l’espace s’étend horizontalement et de façon indifférenciée jusqu’aux limites du site. Conçu comme un outil dédié à des évènements multiples et des usages inattendus, le nouveau bâtiment constitue un paysage de représentations architecturales transgressant les limites entre intérieur et extérieur sous la forme d’un espace continu sans aucune hiérarchie entre lieux de travail et lieux d’exposition, entre lieux dédiés au public et au personnel. Le continuum spatial est souligné par la césure horizontale de la nouvelle toiture qui sectionne les bâtiments et prolonge l’espace sous les constructions existantes. Ce toit intègre dans son épaisseur les dispositifs scénographiques et organise l’espace d’exposition autour de percées de lumière naturelle pratiquées à travers de grandes trouées occultables. Ces ponctuations de lumière sont soulignées en toiture par des cercles concentriques gravés sur la face extérieure en inox poli, à la manière d’ondes générées par le jet d’une pierre sur un plan d’eau. La terrasse devient ainsi une fine membrane suspendue entre le ciel lumineux qu’elle reflète et la terre obscure qu’elle recouvre.
  • F.R.A.C. CENTRE
    Orléans

    Programme : Espace d'exposition, réserves, administration et centre de documentation

    Maîtrise d’ouvrage : Région Centre

    Localisation : Boulevard Rocheplatte, 45000 ORLEANS

    Année : 2006

    Surface : 3.300 m2 SHON

    Budget : 4 M€ HT

F.R.A.C. CENTRE
Orléans

Programme : Espace d'exposition, réserves, administration et centre de documentation

Maîtrise d’ouvrage : Région Centre

Localisation : Boulevard Rocheplatte, 45000 ORLEANS

Année : 2006

Surface : 3.300 m2 SHON

Budget : 4 M€ HT

MAISON CUBISTE
Paris 11

  • moussafir-architectes-maison-cubiste-1
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-2
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-3
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-4
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-5
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-6
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-7
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-8
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-9
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-10
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-11
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-12
  • MAISON CUBISTE
    Paris 11

    TROIS CUBES EN ACIER AUTOPATINABLE  

    Ce qui surprend la première fois que l’on pénètre dans la Cour de l’Etoile d’Or, c’est le contraste entre le caractère urbain et minéral du faubourg et celui bucolique et végétal de la Cour. On a l’impression, en franchissant le porche, de changer de monde et d’époque, de pénétrer dans un univers clos dont la sonorité, les matières et la temporalité sont en totale rupture avec l’agitation de la ville environnante. Notre proposition se veut avant tout contextuelle en cela qu’elle vise, dans un vocabulaire résolument contemporain, à renforcer les caractéristiques positives du site qui forment le « génie » du lieu : la sédimentation d’édifications successives, la juxtaposition de typologies variées, la présence de matières denses et patinées, la gestion de l’intimité malgré une forte densité et la colonisation du minéral par le végétal.

    Plutôt que constituer un volume bâti compact et continu, la maison est conçue comme l’assemblage de trois cubes juxtaposés / superposés respectant l’alignement des bâtiments mitoyens dans une composition alternée de pleins et de vides. Cette disposition en chiasme améliore les vues et les apports de lumière à l’intérieur de notre projet aussi bien que des constructions voisines. Cette fragmentation du bâti s’inscrit de surcroit dans la continuité des additions et des transformations successives qui caractérisent la sédimentation du site. Ici plus qu’ailleurs, on ressent la nécessité de recourir à des matériaux denses pour dialoguer avec les pavés, la végétation et les anciennes maçonneries, des matières qui se patinent et inscrivent le temps à même leur surface. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de revêtir les volumes de tôles d’acier auto-patinable soudées sur site, et dont la couleur évolue dans le temps et s’harmonise avec les teintes des végétations environnantes.
  • MAISON CUBISTE
    Paris 11

    Programme : Construction neuve

    Maîtrise d’ouvrage : Privé

    Localisation : Cour de l'Etoile d'Or, 75 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris

    Année : 2007-2015

    Surface : 250 m² SHON

    Photographe : Hervé Abbadie & Jérôme Ricolleau

MAISON CUBISTE
Paris 11

Programme : Construction neuve

Maîtrise d’ouvrage : Privé

Localisation : Cour de l'Etoile d'Or, 75 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris

Année : 2007-2015

Surface : 250 m² SHON

Photographe : Hervé Abbadie & Jérôme Ricolleau

In Process

  • 00
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06

In Process