Projets

COLLEGE 500 + GYMNASE
Colombes

  • ma-colombes-2
  • ma-colombes-3
  • ma-colombes-4
  • ma-colombes-5
  • ma-colombes-6
  • ma-colombes-7
  • ma-colombes-8
  • COLLEGE 500 + GYMNASE
    Colombes

    Programme : Collège 500 et gymnase

    Maîtrise d’ouvrage : Département des Hauts de Seine

    Localisation : Rue des gros grès, 92270 COLOMBES

    Année : 2005

    Surface : 6.500 m² SHON

    Budget : 12.000.000 € H.T.

COLLEGE 500 + GYMNASE
Colombes

Programme : Collège 500 et gymnase

Maîtrise d’ouvrage : Département des Hauts de Seine

Localisation : Rue des gros grès, 92270 COLOMBES

Année : 2005

Surface : 6.500 m² SHON

Budget : 12.000.000 € H.T.

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

  • moussafir-architectes-institut-civ-1
  • moussafir-architectes-institut-civ-2
  • moussafir-architectes-institut-civ-4
  • moussafir-architectes-institut-civ-5
  • moussafir-architectes-institut-civ-6
  • moussafir-architectes-institut-civ-7
  • moussafir-architectes-institut-civ-8
  • moussafir-architectes-institut-civ-9
  • moussafir-architectes-institut-civ-10
  • moussafir-architectes-institut-civ-11
  • moussafir-architectes-institut-civ-12
  • moussafir-architectes-institut-civ-21
  • moussafir-architectes-institut-civ-14
  • moussafir-architectes-institut-civ-15
  • moussafir-architectes-institut-civ-16
  • moussafir-architectes-institut-civ-17
  • moussafir-architectes-institut-civ-18
  • moussafir-architectes-institut-civ-19
  • moussafir-architectes-institut-civ-24
  • moussafir-architectes-institut-civ-25
  • moussafir-architectes-institut-civ-23
  • moussafir-architectes-institut-civ-20
  • Paris 5

    LE JARDIN DES CIVILISATIONS

    Cette restructuration répond à la volonté du Collège de France de fédérer les anciennes unités disparates et hétérogènes présentes sur le site « Cardinal Lemoine » en un ensemble cohérent et identifiable formant le nouvel « Institut des Civilisations » tout en préservant leurs spécificités. Composé de 5 salles de lecture, de 19km de rayonnages et de 120 bureaux de chercheurs et bibliothécaires, le programme s’organise autour de 5 pôles de recherche allant de l’Anthropologie Sociale à l’Egyptologie en passant par l’étude du Monde méditerranéen ancien, du Proche Orient ancien et de l’Extrême Orient implantés dans 3 corps de bâtiment implantés sur l’ancien site de l’Ecole Polytechnique. 

    Notre proposition vise à optimiser le volume bâti existant, à renforcer la lisibilité de l’institution depuis l’espace public, à rendre plus fluides les relations entre les pôles, et à concevoir un système de distribution lisible, efficace et conforme aux règlementations en vigueur. Serti dans l’écrin de pierre des bâtiments existants, le jardin constitue l’élément fédérateur de la nouvelle institution et le vecteur de sa nouvelle identité. Composé de bosquets aux essences exotiques délimités par des motifs d’arabesque, ce jardin devient le cœur d’un univers concentrique dont les satellites sont les cinq pôles structurés du dedans vers le dehors, avec les salles de lecture orientées vers le jardin et les réserves sur la rue. Le motif de l’arabesque inspiré des civilisations orientales nous est apparu particulièrement adapté pour illustrer le dialogue des civilisations anciennes et modernes du bassin méditerranéen jusqu’à l’extrême orient. Décliné dans les 5 bibliothèques, il forme un lien symbolique entre les pôles en même temps qu’il relie l’extérieur à l’intérieur, le jardin aux salles de lecture.
  • INSTITUT DES CIVILISATIONS
    Paris 5

    Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

    Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

    Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

    Année : 2015-2022

    Surface : 7200 m²

    Budget : 19,5 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

Année : 2015-2022

Surface : 7200 m²

Budget : 19,5 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

F.R.A.C. CENTRE
Orléans

  • moussafir-architectes-frac-orlean-01
  • moussafir-architectes-frac-orlean-02
  • moussafir-architectes-frac-orlean-03
  • moussafir-architectes-frac-orlean-04
  • moussafir-architectes-frac-orlean-05
  • moussafir-architectes-frac-orlean-06
  • moussafir-architectes-frac-orlean-07
  • moussafir-architectes-frac-orlean-08
  • moussafir-architectes-frac-orlean-09
  • moussafir-architectes-frac-orlean-10
  • moussafir-architectes-frac-orlean-11
  • moussafir-architectes-frac-orlean-12
  • F.R.A.C. CENTRE
    Orléans

    “NO STOP ARCHITECTURE” 
     
    Le projet consiste à restructurer les anciennes Subsistances Militaires pour y aménager un lieu d’exposition dédié à l’architecture expérimentale, spécificité du FRAC Centre. L’exiguïté des existants et les contraintes budgétaires ont conduit à concentrer nos efforts sur l’extension et à réduire les travaux de restructuration au strict minimum afin de se libérer des contraintes des bâtiments anciens tout en préservant leurs potentialités futures. Les espaces d’exposition occupent l’intégralité de la cour tandis que les bureaux, ateliers et réserves prennent place dans les trois ailes périphériques. A l’image des visions utopiques d’Archizoom, l’espace s’étend horizontalement et de façon indifférenciée jusqu’aux limites du site. Conçu comme un outil dédié à des évènements multiples et des usages inattendus, le nouveau bâtiment constitue un paysage de représentations architecturales transgressant les limites entre intérieur et extérieur sous la forme d’un espace continu sans aucune hiérarchie entre lieux de travail et lieux d’exposition, entre lieux dédiés au public et au personnel. Le continuum spatial est souligné par la césure horizontale de la nouvelle toiture qui sectionne les bâtiments et prolonge l’espace sous les constructions existantes. Ce toit intègre dans son épaisseur les dispositifs scénographiques et organise l’espace d’exposition autour de percées de lumière naturelle pratiquées à travers de grandes trouées occultables. Ces ponctuations de lumière sont soulignées en toiture par des cercles concentriques gravés sur la face extérieure en inox poli, à la manière d’ondes générées par le jet d’une pierre sur un plan d’eau. La terrasse devient ainsi une fine membrane suspendue entre le ciel lumineux qu’elle reflète et la terre obscure qu’elle recouvre.
  • F.R.A.C. CENTRE
    Orléans

    Programme : Espace d'exposition, réserves, administration et centre de documentation

    Maîtrise d’ouvrage : Région Centre

    Localisation : Boulevard Rocheplatte, 45000 ORLEANS

    Année : 2006

    Surface : 3.300 m2 SHON

    Budget : 4 M€ HT

F.R.A.C. CENTRE
Orléans

Programme : Espace d'exposition, réserves, administration et centre de documentation

Maîtrise d’ouvrage : Région Centre

Localisation : Boulevard Rocheplatte, 45000 ORLEANS

Année : 2006

Surface : 3.300 m2 SHON

Budget : 4 M€ HT

MAISON CUBISTE
Paris 11

  • moussafir-architectes-maison-cubiste-1
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-2
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-3
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-4
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-5
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-6
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-7
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-8
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-9
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-10
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-11
  • moussafir-architectes-maison-cubiste-12
  • MAISON CUBISTE
    Paris 11

    TROIS CUBES EN ACIER AUTOPATINABLE  

    Ce qui surprend la première fois que l’on pénètre dans la Cour de l’Etoile d’Or, c’est le contraste entre le caractère urbain et minéral du faubourg et celui bucolique et végétal de la Cour. On a l’impression, en franchissant le porche, de changer de monde et d’époque, de pénétrer dans un univers clos dont la sonorité, les matières et la temporalité sont en totale rupture avec l’agitation de la ville environnante. Notre proposition se veut avant tout contextuelle en cela qu’elle vise, dans un vocabulaire résolument contemporain, à renforcer les caractéristiques positives du site qui forment le « génie » du lieu : la sédimentation d’édifications successives, la juxtaposition de typologies variées, la présence de matières denses et patinées, la gestion de l’intimité malgré une forte densité et la colonisation du minéral par le végétal.

    Plutôt que constituer un volume bâti compact et continu, la maison est conçue comme l’assemblage de trois cubes juxtaposés / superposés respectant l’alignement des bâtiments mitoyens dans une composition alternée de pleins et de vides. Cette disposition en chiasme améliore les vues et les apports de lumière à l’intérieur de notre projet aussi bien que des constructions voisines. Cette fragmentation du bâti s’inscrit de surcroit dans la continuité des additions et des transformations successives qui caractérisent la sédimentation du site. Ici plus qu’ailleurs, on ressent la nécessité de recourir à des matériaux denses pour dialoguer avec les pavés, la végétation et les anciennes maçonneries, des matières qui se patinent et inscrivent le temps à même leur surface. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de revêtir les volumes de tôles d’acier auto-patinable soudées sur site, et dont la couleur évolue dans le temps et s’harmonise avec les teintes des végétations environnantes.
  • MAISON CUBISTE
    Paris 11

    Programme : Construction neuve

    Maîtrise d’ouvrage : Privé

    Localisation : Cour de l'Etoile d'Or, 75 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris

    Année : 2007-2015

    Surface : 250 m² SHON

    Photographe : Hervé Abbadie & Jérôme Ricolleau

MAISON CUBISTE
Paris 11

Programme : Construction neuve

Maîtrise d’ouvrage : Privé

Localisation : Cour de l'Etoile d'Or, 75 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris

Année : 2007-2015

Surface : 250 m² SHON

Photographe : Hervé Abbadie & Jérôme Ricolleau

MUSEE DES BEAUX ARTS
Dijon

  • moussafir-architectes-musee-dijon-1
  • moussafir-architectes-musee-dijon-2
  • moussafir-architectes-musee-dijon-3
  • moussafir-architectes-musee-dijon-4
  • moussafir-architectes-musee-dijon-5
  • moussafir-architectes-musee-dijon-6
  • moussafir-architectes-musee-dijon-7
  • moussafir-architectes-musee-dijon-8
  • moussafir-architectes-musee-dijon-9
  • moussafir-architectes-musee-dijon-11
  • moussafir-architectes-musee-dijon-12
  • MUSEE DES BEAUX ARTS
    Dijon

    Le musée des Beaux-Arts de Dijon est formé d’une agrégation de bâtiments disparates formant un condensé de l’histoire de l’architecture allant du moyen-âge jusqu’au XIXe siècle. Notre objectif est de transformer cet ensemble hétérogène et discontinu en une cosmologie architecturale intégrant la partition du musée en trois entités autonomes : trois « satellites » contemporains marquent les entrées desservant les trois secteurs de l’âge d’or médiéval et des périodes classique et moderne. L’engouement croissant du public pour l’art conduit à considérer les musées comme les cathédrales des temps modernes. Notre projet pour le nouveau musée fait explicitement référence à un reliquaire contemporain: trois structures en résille d’acier et de verre abritent les trésors de chacune des périodes dans une Cour de Bar ouverte sur la ville. Leurs toitures effilées font écho aux églises voisines et leur structure en forme de losanges est une réinterprétation contemporaine des toitures Bourguignonnes. De jour, elles reflètent l’écrin de pierre formé par les bâtiments anciens. De nuit, elles s’illuminent et éclairent les façades en pierre. L’intérieur du nouveau musée se compose d’une alternance de salles restaurées dans le respect des prescriptions des Monuments Historiques et de salles rénovées sous la forme de trois « atriums » et trois « galeries » complétant les trois « chapelles ». Chacune de ces typologies détermine une ambiance particulière, et leur succession le long du parcours contribue à garantir l’unité, la diversité et l’identité du lieu. Les galeries rénovées sont toutes traitées selon un même principe : les murs en pierre sont mis à nu puis doublés de cimaises pivotantes qui, une fois ouvertes, partitionnent l’espace, dévoilent la texture des ancien murs et dégagent des fenêtres antérieurement murées. Les trois failles verticales des « atriums » servant d’espaces de médiation et d’expression contemporaine marquent les limites des trois sections du musée et permettent des variations dans le parcours des visiteurs.
  • MUSEE DES BEAUX ARTS
    Dijon

    Programme : 3 parcours muséographiques, salle de conférence, administration et cafétéria

    Maitrise d'œuvre : Rémy Marciano

    Maîtrise d’ouvrage : Ville de Dijon

    Localisation : Place de la Liberté, 21000 Dijon

    Année : 2005

    Surface : 7 645 m² SHON

    Budget : 26 M€ HT

MUSEE DES BEAUX ARTS
Dijon

Programme : 3 parcours muséographiques, salle de conférence, administration et cafétéria

Maitrise d'œuvre : Rémy Marciano

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Dijon

Localisation : Place de la Liberté, 21000 Dijon

Année : 2005

Surface : 7 645 m² SHON

Budget : 26 M€ HT

MAISON ESCALIER
Paris 6

  • moussafir-architectes-maison-escalier-1
  • moussafir-architectes-maison-escalier-2
  • moussafir-architectes-maison-escalier-3
  • moussafir-architectes-maison-escalier-4
  • moussafir-architectes-maison-escalier-5
  • moussafir-architectes-maison-escalier-6
  • moussafir-architectes-maison-escalier-7
  • moussafir-architectes-maison-escalier-8
  • moussafir-architectes-maison-escalier-9
  • moussafir-architectes-maison-escalier-10
  • moussafir-architectes-maison-escalier-11
  • MAISON ESCALIER
    Paris 6

    Située à l’emplacement d’une ancienne masure enchâssée entre deux immeubles au cœur d’un îlot très préservé du 6è arrondissement de Paris, la maison est conçue comme une structure arborescente délimitée sur trois côtés par les anciens murs. Seule la façade sud, entièrement vitrée, témoigne de la reconstruction quasi totale de l’édifice et laisse entrevoir la complexité volumétrique des espaces intérieurs. Plus que la métaphore de l’arbre, c’est celle de l’escalier cyclopéen qui semble illustrer le mieux le projet architectural : la maison est un escalier dont le noyau contient les pièces humides, dont la cage est délimitée par les pignons des immeubles voisins et dont les emmarchements et les paliers forment des espaces de vie différentiés. L’absence de nécessité de cloisonner les pièces autres que les salles d’eau permet de concevoir une totale continuité des espaces depuis le sous-sol jusqu’à la terrasse. La structure, exclusivement en acier, est composée de planchers en porte à faux supportés par le noyau central et partiellement dissociés des trois murs périphériques sur lesquels sont greffés des caissons en béton faisant office de mobilier intégré. Le choix des matériaux renforce l’idée architecturale: les parois du noyau central se fondent avec les surfaces et sous faces des huit plateaux qui s’y accrochent dans une mono-matière en parquet d’acacia dont la couleur et le veinage contrastent avec la blancheur et la texture des murs périphériques.
  • MAISON ESCALIER
    Paris 6

    Programme : Reconstruction d’une maison

    Maîtrise d’ouvrage : Eric de Rugy

    Localisation : 22, rue Jacob, 75006 Paris

    Année : 2008-2011

    Surface : 153 m² + 17 m² de terrasse

    Budget : 850 000 € HT

    Photographe : Hervé Abbadie

MAISON ESCALIER
Paris 6

Programme : Reconstruction d’une maison

Maîtrise d’ouvrage : Eric de Rugy

Localisation : 22, rue Jacob, 75006 Paris

Année : 2008-2011

Surface : 153 m² + 17 m² de terrasse

Budget : 850 000 € HT

Photographe : Hervé Abbadie

F.R.A.C. PACA
Marseille

  • ma-frac-paca-1
  • ma-frac-paca-2
  • ma-frac-paca-3
  • ma-frac-paca-4
  • ma-frac-paca-5
  • ma-frac-paca-6
  • ma-frac-paca-7
  • ma-frac-paca-8
  • ma-frac-paca-9
  • F.R.A.C. PACA
    Marseille

    LE PARCOURS DES ŒUVRES
     
    Exposer et entreposer, montrer et conserver, la double vocation qui caractérise les Fonds Régionaux d’Art Contemporain est à l’origine du projet architectural de Marseille. Ni musée ni Centre d’Art, le bâtiment est conçu à l’intérieur comme un outil dédié au mouvement des œuvres et du public et s’affirme à l’extérieur comme une vitrine de l’art contemporain. Rue intérieure et fenêtres urbaines sont les paradigmes architecturaux qui illustrent les deux thèmes centraux du projet, le parcours et la monstration, et entre lesquels s’organisent les espaces majeurs du programme. Nous avons choisi de mettre en scène le mouvement croisé du public et des œuvres dans un espace unitaire qui forme l’épine dorsale de l’édifice, dans lequel les déplacements quotidiens des œuvres et du personnel rythment la vie du FRAC au même titre que celui du public dans les expositions. Cet espace s’étend du sous-sol au faîtage, formant une faille verticale qui assure l’innervation architecturale et technique du bâtiment (lumière, fluides, renouvellement d’air) ainsi que les liaisons fonctionnelles et visuelles entre les différents niveaux par un système de rampes offrant des points de vue multiples sur les œuvres exposées. L’objectif est de concevoir un équipement vivant qui relève davantage de l’atelier en devenir que du musée.
  • F.R.A.C. PACA
    Marseille

    Programme : 3 salles d’exposition, réserves, cafétéria, bureaux, amphi et bibliothèque.

    Maîtrise d’ouvrage : Région PACA

    Localisation : 10, boulevard de Dunkerque _ 13001 MARSEILLE

    Année : 2007

    Surface : 5.600 m² SHON

    Budget : 9.900.000 €. H.T.

F.R.A.C. PACA
Marseille

Programme : 3 salles d’exposition, réserves, cafétéria, bureaux, amphi et bibliothèque.

Maîtrise d’ouvrage : Région PACA

Localisation : 10, boulevard de Dunkerque _ 13001 MARSEILLE

Année : 2007

Surface : 5.600 m² SHON

Budget : 9.900.000 €. H.T.

CABINES D'ECLUSES
Canal du Rhône au Rhin

  • moussafir-architectes-cabines-ecluses-01
  • moussafir-architectes-cabines-ecluses-02
  • moussafir-architectes-cabines-ecluses-03
  • moussafir-architectes-cabines-ecluses-04
  • moussafir-architectes-cabines-ecluses-05
  • CABINES D'ECLUSES
    Canal du Rhône au Rhin

    Le canal reliant le Rhône au Rhin est ponctué d’une centaine d’écluses dont la mécanisation en cours nécessite l’édification de cabines pour abriter les opérateurs et les machines hydrauliques. Servant également de bornes d’information pour les usagers navigateurs et randonneurs, ces édicules traités comme des sculptures habitables sous la forme de deux gros galets polis par l’érosion du fleuve relèvent à la fois du  mobilier paysager, de l’architecture minimale et de l’outil technologique. Leur combinatoire est déclinée pour former une suite de monolithes jalonnant le cours du canal avec un premier module technique ancré au sol indiquant le nord comme le ferait un cadran solaire et un deuxième module abritant la cabine de contrôle accroché sur le premier. La structure des 2 modules est composée de panneaux préfabriqués en béton ultra hautes performances (BUHP) assemblés in situ. La rotation du module de contrôle autour du module technique permet 26 configurations différentes, de sorte que le premier peut toujours être aligné sur le canal tandis que le second reste toujours orienté nord-sud. Par la déclinaison de leur texture et leurs variations géométriques, les cabines mettent en scène l’opposition entre la continuité de la navigation fluviale et la diversité des reliefs et des paysages.
  • CABINES D'ECLUSES
    Canal du Rhône au Rhin

    Programme : Construction de 46 à 100 cabines (abris et informations aux opérateurs et usagers du canal, abris pour les machines)

    Maitrise d'œuvre : Bernhard Buchberger

    Maîtrise d’ouvrage : V.N.F. (Voies Navigables de France)

    Localisation : Canal du Rhône au Rhin

    Année : 2001-2004

    Surface : 46 à 100 cabines de 13m²

    Budget : 10 M€ HT

CABINES D'ECLUSES
Canal du Rhône au Rhin

Programme : Construction de 46 à 100 cabines (abris et informations aux opérateurs et usagers du canal, abris pour les machines)

Maitrise d'œuvre : Bernhard Buchberger

Maîtrise d’ouvrage : V.N.F. (Voies Navigables de France)

Localisation : Canal du Rhône au Rhin

Année : 2001-2004

Surface : 46 à 100 cabines de 13m²

Budget : 10 M€ HT

SALLE POLYVALENTE SOUS-LE-BOIS
Maubeuge

  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 15
  • SALLE POLYVALENTE SOUS-LE-BOIS
    Maubeuge

    Cette nouvelle salle polyvalente doit participer à la régénération sociale et urbaine d’un quartier défavorisé de Maubeuge qui a subi les ravages des crises socio-économiques et des catastrophes climatiques des dernières décennies. C’est pourquoi nous avons pensé cet édifice davantage comme une maison ouverte sur l’espace public que comme un temple dédié à la culture. Le bâtiment est conçu comme un monolithe évidé ouvert de part en part, à la fois physiquement accessible grâce à une continuité totale du sol sans dénivelé sur la totalité de son emprise, et visuellement appréhensible dans sa globalité par deux larges ouvertures disposées sur sa diagonale nord-sud. Cette double ouverture sur la place et sur le jardin en cœur d’îlot permet d’intégrer un fragment de ville et de nature en arrière scène. Nous avons fait le choix d’une polyvalence optimale en prévoyant un gril continu sur toute la surface du plafond de la salle répondant à la continuité du sol depuis le parterre jusqu’au plateau. A l’extérieur, le bâtiment est revêtu de tôles d’acier inox recuit brillant, un matériau qui évoque le savoir faire local et fait écho aux noms des voies adjacentes (rue des Minières, des Laminoirs, de la Céramique, de l’Industrie). Prévues plus ou moins polies selon l’exposition des façades, ces tôles forment une nappe réfléchissante qui se plie et se déplie pour épouser les contours accidentés du bâtiment tout en dématérialisant sa géométrie. Renvoyant des images diffractées des murs de briques des constructions voisines, alternativement présence et absence, reflet et opacité, le bâtiment se transforme au rythme des saisons et témoigne par son scintillement du renouveau du quartier.
  • SALLE POLYVALENTE SOUS-LE-BOIS
    Maubeuge

    Programme : Salle des fêtes et de spectacle, espace d’exposition, bar.

    Maîtrise d’ouvrage : Commune de Maubeuge

    Localisation : Place de l’Industrie, 59600 MAUBEUGE

    Surface : 825 m² SU

    Budget : 2.955.000 €. H.T.

SALLE POLYVALENTE SOUS-LE-BOIS
Maubeuge

Programme : Salle des fêtes et de spectacle, espace d’exposition, bar.

Maîtrise d’ouvrage : Commune de Maubeuge

Localisation : Place de l’Industrie, 59600 MAUBEUGE

Surface : 825 m² SU

Budget : 2.955.000 €. H.T.