Projets

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

  • moussafir-architectes-institut-civ-1
  • moussafir-architectes-institut-civ-2
  • moussafir-architectes-institut-civ-4
  • moussafir-architectes-institut-civ-5
  • moussafir-architectes-institut-civ-6
  • moussafir-architectes-institut-civ-7
  • moussafir-architectes-institut-civ-8
  • moussafir-architectes-institut-civ-9
  • moussafir-architectes-institut-civ-10
  • moussafir-architectes-institut-civ-11
  • moussafir-architectes-institut-civ-12
  • moussafir-architectes-institut-civ-21
  • moussafir-architectes-institut-civ-14
  • moussafir-architectes-institut-civ-15
  • moussafir-architectes-institut-civ-16
  • moussafir-architectes-institut-civ-17
  • moussafir-architectes-institut-civ-18
  • moussafir-architectes-institut-civ-19
  • moussafir-architectes-institut-civ-24
  • moussafir-architectes-institut-civ-25
  • moussafir-architectes-institut-civ-23
  • moussafir-architectes-institut-civ-20
  • Paris 5

    LE JARDIN DES CIVILISATIONS

    Cette restructuration répond à la volonté du Collège de France de fédérer les anciennes unités disparates et hétérogènes présentes sur le site « Cardinal Lemoine » en un ensemble cohérent et identifiable formant le nouvel « Institut des Civilisations » tout en préservant leurs spécificités. Composé de 5 salles de lecture, de 19km de rayonnages et de 120 bureaux de chercheurs et bibliothécaires, le programme s’organise autour de 5 pôles de recherche allant de l’Anthropologie Sociale à l’Egyptologie en passant par l’étude du Monde méditerranéen ancien, du Proche Orient ancien et de l’Extrême Orient implantés dans 3 corps de bâtiment implantés sur l’ancien site de l’Ecole Polytechnique. 

    Notre proposition vise à optimiser le volume bâti existant, à renforcer la lisibilité de l’institution depuis l’espace public, à rendre plus fluides les relations entre les pôles, et à concevoir un système de distribution lisible, efficace et conforme aux règlementations en vigueur. Serti dans l’écrin de pierre des bâtiments existants, le jardin constitue l’élément fédérateur de la nouvelle institution et le vecteur de sa nouvelle identité. Composé de bosquets aux essences exotiques délimités par des motifs d’arabesque, ce jardin devient le cœur d’un univers concentrique dont les satellites sont les cinq pôles structurés du dedans vers le dehors, avec les salles de lecture orientées vers le jardin et les réserves sur la rue. Le motif de l’arabesque inspiré des civilisations orientales nous est apparu particulièrement adapté pour illustrer le dialogue des civilisations anciennes et modernes du bassin méditerranéen jusqu’à l’extrême orient. Décliné dans les 5 bibliothèques, il forme un lien symbolique entre les pôles en même temps qu’il relie l’extérieur à l’intérieur, le jardin aux salles de lecture.
  • INSTITUT DES CIVILISATIONS
    Paris 5

    Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

    Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

    Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

    Année : 2015-2022

    Surface : 7200 m²

    Budget : 19,5 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

INSTITUT DES CIVILISATIONS
Paris 5

Programme : Équipement public d’enseignement composé de 5 salles de lecture totalisant 200 places, 19 km d’archives, 120 bureaux pour 220 chercheurs, salle de conférences et cafétéria

Maîtrise d’ouvrage : Collège de France

Localisation : 52 rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris

Année : 2015-2022

Surface : 7200 m²

Budget : 19,5 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie & Luc Boegly

U.F.R. ARTS
Université Paris 8 Saint-Denis

  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-1
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-2
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-3
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-4
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-5
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-6
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-7
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-10
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-8
  • moussafir-architectes-ufr-arts-b-9
  • U.F.R. ARTS
    Université Paris 8 Saint-Denis

    Ici la géométrie et la lumière transforment une somme d'espaces confinés en une société de pièces, un ensemble clos en de multiples ailleurs. Des salles disjointes placées dans des positions aléatoires sont serties dans une masse indifférenciée composée d'éléments de structure, d'innervations techniques, de circulations et de rangements. La disposition des salles provoque une perte de repères et une distanciation du contexte. Le but est de stimuler les mécanismes de mémoire et favoriser la suggestion d'un espace mental qui fait appel à la mémoire des lieux parcourus et où les limites entre illusion et réalité s'estompent, où se confondent transparence et reflet, réel et virtuel. Passages et fenêtres forment un enchaînement de volumes trapézoïdaux colorés autour desquels s'articulent des salles rectangulaires et blanches. Béances ouvertes sur d'impossibles ailleurs, les fenêtres donnent à voir tour à tour et selon les angles de vue l'absence ou la présence des choses, à l'image de l'art dont l'enseignement porte davantage sur le regard porté aux choses que sur les choses elles-mêmes. Les embrasures biaises et colorées suggèrent par leurs épaisseurs floues une indétermination dégageant une "radieuse sérénité" au cœur même de la finitude.
  • U.F.R. ARTS
    Université Paris 8 Saint-Denis

    Programme : Salles de cours et de pratiques artistiques de musique, théâtre, danse, arts plastiques, photographie, cinéma, nouveaux médias et bureaux de la scolarité

    Maitrise d'œuvre : Bernard Dufournet avec Shinwon Huang

    Maîtrise d’ouvrage : Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

    Localisation : 2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis

    Année : 1998-2000

    Surface : 2 500 m² SHON

    Budget : 11,24 M Francs HT

    Photographe : Georges Fessy & Mario Palmieri

U.F.R. ARTS
Université Paris 8 Saint-Denis

Programme : Salles de cours et de pratiques artistiques de musique, théâtre, danse, arts plastiques, photographie, cinéma, nouveaux médias et bureaux de la scolarité

Maitrise d'œuvre : Bernard Dufournet avec Shinwon Huang

Maîtrise d’ouvrage : Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis

Localisation : 2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis

Année : 1998-2000

Surface : 2 500 m² SHON

Budget : 11,24 M Francs HT

Photographe : Georges Fessy & Mario Palmieri

SHOWROOM 5 VERTBOIS
Paris 3

  • moussafir-architectes-vertbois-erp-0
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-1
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-2
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-3
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-4
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-5
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-6
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-7
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-8
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-9
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-10
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-11
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-12
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-13
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-14
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-15
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-16
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-17
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-19
  • moussafir-architectes-vertbois-erp-20
  • Comme des bureaux, des logements...

    Situé dans le Haut Marais, ce petit immeuble de bureaux conçu par l’agence Biro Fernier dans les années 70 se caractérise par une ossature en béton de 7 étages sur 3 sous-sols de parkings utilisant des technologies de précontrainte innovantes pour l’époque et présentant des plateaux libres sans porteurs intermédiaires. La structure d’origine comportait nombre de qualités spatiales et constructives que nous avons conservées, comme la courbure du plafond en béton du 1er étage qui permet de planter des arbres de hautes tiges et de créer un jardin suspendu en cœur d’îlot, les dalles de plancher de 10 m de portée sans piliers intermédiaires, ou le profil mansardé avec ses 6 lucarnes de toit couronnant le bâtiment, le tout en béton banché. Bien qu’insérée dans un quartier préservé composé exclusivement de bâtiments anciens, cette construction était jugée sans intérêt patrimonial par les ABF et présentait donc l’avantage d’être exclue du périmètre de sauvegarde du Marais.

    La réglementation incendie relative à la transformation de surfaces de bureaux en logements a fortement orienté le projet de restructuration en imposant l’encloisonnement et le désenfumage de la circulation verticale et des paliers de distribution des logements. L’escalier d’origine étant impossible à encloisonner bien que surdimensionné, notre intervention sur la structure a consisté à créer une circulation verticale encloisonnée le long du mur mitoyen et à projeter des extensions sur les façades nord et sud pour optimiser les surfaces. La règlementation thermique et les exigences environnementales nous ont conduit à opter pour une isolation thermique extérieure sur les 4 faces du bâtiment, y compris sur les deux murs pignon. Nous avons donc débarrassé les murs de leurs doublages intérieurs et mis à nu le béton et les pierres des anciens murs mitoyens, mettant en scène la structure dans toute sa matérialité.

    Côté jardin, nous avons greffé sur les allèges béton existantes des ossatures métalliques formant des espaces habitables suffisamment hauts pour pouvoir se tenir debout, sortes de banquettes largement vitrées en surplomb sur le jardin, où l’on peut s’allonger entre intérieur et extérieur. Côté rue, nous avons avancé la façade initialement en retrait sur une profondeur d’environ 60cm en intégrant des radiateurs et des assises menuisées en allège, le tout suspendu à la structure existante par des plats en acier disposés dans l’axe des poteaux de la façade. La transformation de cette structure de bureau avec sa trame d’1m36 en un immeuble à usage mixte bureau/logement a renforcé notre conviction d’assumer l’indifférenciation programmatique entre espaces d’habitation et de travail, à concevoir les logements comme des bureaux et les bureaux comme du logement.
  • SHOWROOM 5 VERTBOIS
    Paris 3

    Programme : Local commercial, bureaux et logements

    Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes

    Maîtrise d’ouvrage : Privée

    Localisation : 5 rue du Vertbois, 75003 Paris

    Année : 2013-2021

    Surface : 1 507 m²

    Budget : 4 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie

SHOWROOM 5 VERTBOIS
Paris 3

Programme : Local commercial, bureaux et logements

Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes

Maîtrise d’ouvrage : Privée

Localisation : 5 rue du Vertbois, 75003 Paris

Année : 2013-2021

Surface : 1 507 m²

Budget : 4 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie

LOGEMENTS 5 VERTBOIS
Paris 3

  • moussafir-architectes-vertbois-logement-0
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-1
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-2
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-3
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-4
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-5
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-6
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-7
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-8
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-9
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-10
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-11
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-12
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-13
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-14
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-15
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-16
  • moussafir-architectes-vertbois-logement-17
  • Comme des bureaux, des logements...

    Situé dans le Haut Marais, ce petit immeuble de bureaux conçu par l’agence Biro Fernier dans les années 70 se caractérise par une ossature en béton de 7 étages sur 3 sous-sols de parkings utilisant des technologies de précontrainte innovantes pour l’époque et présentant des plateaux libres sans porteurs intermédiaires. La structure d’origine comportait nombre de qualités spatiales et constructives que nous avons conservées, comme la courbure du plafond en béton du 1er étage qui permet de planter des arbres de hautes tiges et de créer un jardin suspendu en cœur d’îlot, les dalles de plancher de 10 m de portée sans piliers intermédiaires, ou le profil mansardé avec ses 6 lucarnes de toit couronnant le bâtiment, le tout en béton banché. Bien qu’insérée dans un quartier préservé composé exclusivement de bâtiments anciens, cette construction était jugée sans intérêt patrimonial par les ABF et présentait donc l’avantage d’être exclue du périmètre de sauvegarde du Marais.

    La réglementation incendie relative à la transformation de surfaces de bureaux en logements a fortement orienté le projet de restructuration en imposant l’encloisonnement et le désenfumage de la circulation verticale et des paliers de distribution des logements. L’escalier d’origine étant impossible à encloisonner bien que surdimensionné, notre intervention sur la structure a consisté à créer une circulation verticale encloisonnée le long du mur mitoyen et à projeter des extensions sur les façades nord et sud pour optimiser les surfaces. La règlementation thermique et les exigences environnementales nous ont conduit à opter pour une isolation thermique extérieure sur les 4 faces du bâtiment, y compris sur les deux murs pignon. Nous avons donc débarrassé les murs de leurs doublages intérieurs et mis à nu le béton et les pierres des anciens murs mitoyens, mettant en scène la structure dans toute sa matérialité.

    Côté jardin, nous avons greffé sur les allèges béton existantes des ossatures métalliques formant des espaces habitables suffisamment hauts pour pouvoir se tenir debout, sortes de banquettes largement vitrées en surplomb sur le jardin, où l’on peut s’allonger entre intérieur et extérieur. Côté rue, nous avons avancé la façade initialement en retrait sur une profondeur d’environ 60cm en intégrant des radiateurs et des assises menuisées en allège, le tout suspendu à la structure existante par des plats en acier disposés dans l’axe des poteaux de la façade. La transformation de cette structure de bureau avec sa trame d’1m36 en un immeuble à usage mixte bureau/logement a renforcé notre conviction d’assumer l’indifférenciation programmatique entre espaces d’habitation et de travail, à concevoir les logements comme des bureaux et les bureaux comme du logement.
  • LOGEMENTS 5 VERTBOIS
    Paris 3

    Programme : Local commercial, bureaux et logements

    Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes

    Maîtrise d’ouvrage : Privée

    Localisation : 5 rue du Vertbois, 75003 Paris

    Année : 2013-2021

    Surface : 1 507 m²

    Budget : 4 M€ HT

    Photographe : Hervé Abbadie &

LOGEMENTS 5 VERTBOIS
Paris 3

Programme : Local commercial, bureaux et logements

Maitrise d'œuvre : Moussafir Architectes

Maîtrise d’ouvrage : Privée

Localisation : 5 rue du Vertbois, 75003 Paris

Année : 2013-2021

Surface : 1 507 m²

Budget : 4 M€ HT

Photographe : Hervé Abbadie &

Chantier Immeuble Weill
Paris 18

  • moussafir-architectes-weill-chantier-1
  • moussafir-architectes-weill-chantier-2
  • moussafir-architectes-weill-chantier-3
  • Chantier Immeuble Weill
    Paris 18

    Maîtrise d’ouvrage : Vêtements Weill

    Photographe : Hervé Abbadie

Chantier Immeuble Weill
Paris 18

Maîtrise d’ouvrage : Vêtements Weill

Photographe : Hervé Abbadie

MAISON SUR LE TOIT
Sceaux

  • moussafir-architectes-papiernik-01
  • moussafir-architectes-papiernik-02
  • moussafir-architectes-papiernik-03
  • moussafir-architectes-papiernik-04
  • moussafir-architectes-papiernik-05
  • moussafir-architectes-papiernik-06
  • moussafir-architectes-papiernik-8
  • MAISON SUR LE TOIT
    Sceaux

    Cette surélévation située dans un lotissement en lisière du Parc de Sceaux est traitée de façon à dissocier clairement l’extension de l’existant et préserver l’identité de la maison initiale qui devient le socle de la nouvelle construction. La toiture et la couverture existantes sont maintenues, et le transfert au sol des charges de la nouvelle construction s’effectue par l’intermédiaire d’un plancher de répartition reposant sur les murs pignons de la maison des années 50. Cette extension par superposition permet de préserver le jardin existant et d’augmenter de 125% les surfaces habitables sans modifier l’emprise bâtie sur le terrain. Nous avons choisi de fragmenter la masse bâtie en 3 volumes distincts auxquels s’ajoute la cheminée afin de respecter l’échelle pavillonnaire qui caractérise le site. Les 3 parallélépipèdes, largement ouverts au sud sur le parc, sont littéralement posés sur la maison existante en prenant soin de ménager des vides ou des transparences entre chacun d’eux. Nous avons choisi d’opposer le nouveau et l’ancien en superposant, sur le socle rugueux, massif et colonisé par la végétation du bâtiment existant, des volumes simples dont l’enveloppe lisse, légère et raffinée, confine à l’abstraction. Le revêtement des façades en feuilles de titane coloré légèrement irisé dans un camaïeu vert d’eau et champagne contribue à alléger ces volumes en reflétant le ciel et les végétations environnantes.
  • MAISON SUR LE TOIT
    Sceaux

    Programme : Restructuration et extension par surélévation

    Maîtrise d’ouvrage : Privé

    Localisation : 37, rue Paul Couderc _ 92330 SCEAUX

    Année : 2007

    Surface : 170 m² existant rénové + 212 m² extension

    Budget : 1.500.000 €. H.T.

MAISON SUR LE TOIT
Sceaux

Programme : Restructuration et extension par surélévation

Maîtrise d’ouvrage : Privé

Localisation : 37, rue Paul Couderc _ 92330 SCEAUX

Année : 2007

Surface : 170 m² existant rénové + 212 m² extension

Budget : 1.500.000 €. H.T.

IMMEUBLE WEILL
Paris 18

  • moussafir-architectes-weill-1
  • moussafir-architectes-weill-2
  • moussafir-architectes-weill-3
  • moussafir-architectes-weill-4
  • moussafir-architectes-weill-5
  • moussafir-architectes-weill-6
  • moussafir-architectes-weill-7
  • moussafir-architectes-weill-8
  • moussafir-architectes-weill-9
  • moussafir-architectes-weill-10
  • moussafir-architectes-weill-11
  • moussafir-architectes-weill-12
  • moussafir-architectes-weill-13
  • moussafir-architectes-weill-14
  • moussafir-architectes-weill-15
  • IMMEUBLE WEILL
    Paris 18

    Instigatrice du prêt à porter en France, la société «Vêtements Weill» se modernise. Ayant déplacé ses ateliers de fabrication en province, elle doit aujourd’hui repenser l’utilisation des espaces ainsi libérés qui représentent environ 50% de la surface du bâtiment. Notre intervention répond à un triple défi: rentabiliser l’immeuble en aménageant des bureaux et commerces destinés à la location; adapter les accès et circulations aux normes actuelles de sécurité et d’accessibilité; enfin renforcer l’image de la marque à travers une nouvelle identité architecturale. 

    Inondés de lumière et offrant un panorama saisissant sur la basilique du Sacré Cœur, les anciens ateliers de production des étages supérieurs deviennent les ateliers de création et les bureaux de direction de la marque. Derrière les façades sur rues soigneusement restaurées, la principale intervention consiste à greffer un nouveau cœur architectural à l’emplacement de l’ancienne cour. Ici, un mur rideau en laiton et verre sérigraphié est associé à du mobilier intégré en chêne pour former une épaisseur habitée assurant une isolation thermique performante ainsi que la nouvelle identité du bâtiment. Le caractère industriel de l’édifice est mis en valeur par la structure originelle en brique et fer rendue apparente ainsi que par la démesure de grandes baies de quatre mètres de hauteur mises en œuvre autour de la cour.
  • IMMEUBLE WEILL
    Paris 18

    Programme : Commerces + bureaux.

    Maîtrise d’ouvrage : Vêtements Weill

    Localisation : 8-10 rue Livingstone, 75018 PARIS

    Année : 2016

    Surface : 5005 m² SHON

    Photographe : Hervé Abbadie

IMMEUBLE WEILL
Paris 18

Programme : Commerces + bureaux.

Maîtrise d’ouvrage : Vêtements Weill

Localisation : 8-10 rue Livingstone, 75018 PARIS

Année : 2016

Surface : 5005 m² SHON

Photographe : Hervé Abbadie

MUSEE DES BEAUX ARTS
Dijon

  • moussafir-architectes-musee-dijon-1
  • moussafir-architectes-musee-dijon-2
  • moussafir-architectes-musee-dijon-3
  • moussafir-architectes-musee-dijon-4
  • moussafir-architectes-musee-dijon-5
  • moussafir-architectes-musee-dijon-6
  • moussafir-architectes-musee-dijon-7
  • moussafir-architectes-musee-dijon-8
  • moussafir-architectes-musee-dijon-9
  • moussafir-architectes-musee-dijon-11
  • moussafir-architectes-musee-dijon-12
  • MUSEE DES BEAUX ARTS
    Dijon

    Le musée des Beaux-Arts de Dijon est formé d’une agrégation de bâtiments disparates formant un condensé de l’histoire de l’architecture allant du moyen-âge jusqu’au XIXe siècle. Notre objectif est de transformer cet ensemble hétérogène et discontinu en une cosmologie architecturale intégrant la partition du musée en trois entités autonomes : trois « satellites » contemporains marquent les entrées desservant les trois secteurs de l’âge d’or médiéval et des périodes classique et moderne. L’engouement croissant du public pour l’art conduit à considérer les musées comme les cathédrales des temps modernes. Notre projet pour le nouveau musée fait explicitement référence à un reliquaire contemporain: trois structures en résille d’acier et de verre abritent les trésors de chacune des périodes dans une Cour de Bar ouverte sur la ville. Leurs toitures effilées font écho aux églises voisines et leur structure en forme de losanges est une réinterprétation contemporaine des toitures Bourguignonnes. De jour, elles reflètent l’écrin de pierre formé par les bâtiments anciens. De nuit, elles s’illuminent et éclairent les façades en pierre. L’intérieur du nouveau musée se compose d’une alternance de salles restaurées dans le respect des prescriptions des Monuments Historiques et de salles rénovées sous la forme de trois « atriums » et trois « galeries » complétant les trois « chapelles ». Chacune de ces typologies détermine une ambiance particulière, et leur succession le long du parcours contribue à garantir l’unité, la diversité et l’identité du lieu. Les galeries rénovées sont toutes traitées selon un même principe : les murs en pierre sont mis à nu puis doublés de cimaises pivotantes qui, une fois ouvertes, partitionnent l’espace, dévoilent la texture des ancien murs et dégagent des fenêtres antérieurement murées. Les trois failles verticales des « atriums » servant d’espaces de médiation et d’expression contemporaine marquent les limites des trois sections du musée et permettent des variations dans le parcours des visiteurs.
  • MUSEE DES BEAUX ARTS
    Dijon

    Programme : 3 parcours muséographiques, salle de conférence, administration et cafétéria

    Maitrise d'œuvre : Rémy Marciano

    Maîtrise d’ouvrage : Ville de Dijon

    Localisation : Place de la Liberté, 21000 Dijon

    Année : 2005

    Surface : 7 645 m² SHON

    Budget : 26 M€ HT

MUSEE DES BEAUX ARTS
Dijon

Programme : 3 parcours muséographiques, salle de conférence, administration et cafétéria

Maitrise d'œuvre : Rémy Marciano

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Dijon

Localisation : Place de la Liberté, 21000 Dijon

Année : 2005

Surface : 7 645 m² SHON

Budget : 26 M€ HT

MAISON ESCALIER
Paris 6

  • moussafir-architectes-maison-escalier-1
  • moussafir-architectes-maison-escalier-2
  • moussafir-architectes-maison-escalier-3
  • moussafir-architectes-maison-escalier-4
  • moussafir-architectes-maison-escalier-5
  • moussafir-architectes-maison-escalier-6
  • moussafir-architectes-maison-escalier-7
  • moussafir-architectes-maison-escalier-8
  • moussafir-architectes-maison-escalier-9
  • moussafir-architectes-maison-escalier-10
  • moussafir-architectes-maison-escalier-11
  • MAISON ESCALIER
    Paris 6

    Située à l’emplacement d’une ancienne masure enchâssée entre deux immeubles au cœur d’un îlot très préservé du 6è arrondissement de Paris, la maison est conçue comme une structure arborescente délimitée sur trois côtés par les anciens murs. Seule la façade sud, entièrement vitrée, témoigne de la reconstruction quasi totale de l’édifice et laisse entrevoir la complexité volumétrique des espaces intérieurs. Plus que la métaphore de l’arbre, c’est celle de l’escalier cyclopéen qui semble illustrer le mieux le projet architectural : la maison est un escalier dont le noyau contient les pièces humides, dont la cage est délimitée par les pignons des immeubles voisins et dont les emmarchements et les paliers forment des espaces de vie différentiés. L’absence de nécessité de cloisonner les pièces autres que les salles d’eau permet de concevoir une totale continuité des espaces depuis le sous-sol jusqu’à la terrasse. La structure, exclusivement en acier, est composée de planchers en porte à faux supportés par le noyau central et partiellement dissociés des trois murs périphériques sur lesquels sont greffés des caissons en béton faisant office de mobilier intégré. Le choix des matériaux renforce l’idée architecturale: les parois du noyau central se fondent avec les surfaces et sous faces des huit plateaux qui s’y accrochent dans une mono-matière en parquet d’acacia dont la couleur et le veinage contrastent avec la blancheur et la texture des murs périphériques.
  • MAISON ESCALIER
    Paris 6

    Programme : Reconstruction d’une maison

    Maîtrise d’ouvrage : Eric de Rugy

    Localisation : 22, rue Jacob, 75006 Paris

    Année : 2008-2011

    Surface : 153 m² + 17 m² de terrasse

    Budget : 850 000 € HT

    Photographe : Hervé Abbadie

MAISON ESCALIER
Paris 6

Programme : Reconstruction d’une maison

Maîtrise d’ouvrage : Eric de Rugy

Localisation : 22, rue Jacob, 75006 Paris

Année : 2008-2011

Surface : 153 m² + 17 m² de terrasse

Budget : 850 000 € HT

Photographe : Hervé Abbadie